Minett Mash-Up : Le podcast sur notre région TUTTI FRUTTI
arrow
quote quote

Bäerbelendag

Patrimoine culturel de la Minett UNESCO Biosphere

 

Le 4 décembre, est célébrée la fête de la Sainte-Barbe. C’est une coutume qui avait et a toujours une grande importance dans le sud du Luxembourg. Sainte Barbe est la patronne des mineurs et était célébrée par ceux-ci chaque année jusqu’à la fin de l’exploitation du minerai de fer dans notre région. Toutefois, la tradition n’a pas disparu avec la fermeture des dernières mines. Jusqu’à ce jour, la fête de la Sainte-Barbe est célébrée de manière traditionnelle.

Qui était Sainte-Barbe ?

Selon la légende, la protectrice des mineurs vivait au Moyen-Orient au IIIe siècle de notre ère. Au lieu de se marier, la jeune femme voulait consacrer sa vie au Christ. Son père païen n’était pas d’accord avec son engagement dans le christianisme. Malgré ses mesures parfois cruelles – par exemple, il l’a enfermée dans une tour pendant des années – Barbe a maintenu sa foi chrétienne. Son père la traîne en justice et finit par la décapiter lui-même.

Les mineurs la vénèrent comme une sainte patronne car, selon la tradition, elle s’est cachée dans une crevasse alors qu’elle fuyait son père. La crevasse se serait ouverte miraculeusement devant elle. Outre les mineurs, Barbara est également la sainte patronne des couvreurs, des pompiers et des électriciens.

Bäerbelstatue vu Rodange Bäerbelstatue vun der Minn Cockerill Boarbelstatue aus der Gemeng Käl-Téiteng

 

Une tradition vivante

Plus de quarante ans se sont écoulés depuis la fermeture définitive de la dernière mine du pays, la mine Thillenberg. Mais la tradition de la Sainte-Barbe a survécu dans de nombreux villages du sud. Dans de nombreux endroits, une procession est organisée ce jour-là, au cours de laquelle une statue de la sainte est portée à travers le village. Des pétards, un service religieux et un banquet complètent les célébrations.

Le jour de la Sainte-Barbe, le 4 décembre, est également consacré chaque année à la mémoire des quelque 1500 garçons et hommes, âgés de 13 à 78 ans, qui ont perdu la vie dans les mines de fer du Minett. Sans le travail dur et dangereux des mineurs entre la fin du XIXe siècle et 1981, les bases de la richesse actuelle du Luxembourg n’auraient pas été posées.

Contexte historique de la fête de Sainte-Barbe

L’historien Denis Klein, membre du conseil d’administration du Musée national des Mines à Rumelange, a trouvé les premiers articles sur la coutume dans les journaux luxembourgeois des années 1890 au cours de ses recherches. A partir de cette date, au plus tard, ce jour était célébré au Luxembourg.

Dans de nombreux endroits, il faudra toutefois attendre les années 1920 ou 1930 pour que la fête soit organisée par les exploitants de mines et devienne ainsi un « congé payé » pour les mineurs. Dans certains endroits, les propriétaires de mines n’ont repris cette tâche qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale, selon l’historien. Dès le début, les célébrations comprenaient une procession, des tirs de pétards et un banquet, qui se terminaient souvent par une grande fête dans les mines et pour les mineurs.

Selon Denis Klein, on peut supposer que le 5 décembre n’était pas le jour le plus productif de l’année dans la plupart des mines.

Cérémonies dans le sud

En raison de la pandémie, les manifestations ont été moins nombreuses ces dernières années. Les célébrations en l’honneur de Sainte-Barbe se sont néanmoins poursuivies, bien qu’à plus petite échelle, dans les communes de la Minett UNESCO Biosphere.

Cette année, les célébrations sont presque revenues à ce qu’elles étaient avant la pandémie. Le samedi 3 décembre, des fleurs sont déjà déposées à la chapelle de la Sainte-Barbe sur le site de l’ancienne mine Cockerill à Ellergronn.

La procession en l’honneur de Sainte-Barbe à Rodange aura également lieu samedi. Elle débutera à 16h30. Ensuite, une messe sera célébrée dans l’église de Rodange et la commune de Petange invitera à un vin d’honneur.

Le dimanche 4 décembre, il y aura les traditionnelles célébrations en l’honneur de Sainte-Barbe à Belvaux et à Esch, au monument des mineurs sur la place du Brill. A Dudelange, la section locale du syndicat OGBL se souvient des mineurs, comme chaque année, en déposant une gerbe au cimetière. La fête de Sainte-Barbe à Lasauvage est de plus grande envergure. La procession débutera à 18h45, une statue de la Sainte-Barbe sera portée du terrain de pétanque jusqu’à l’entrée de la mine de Doihl, où la messe sera ensuite célébrée. Pour terminer, une réception officielle aura lieu à l’intérieur de l’ancienne mine.

A Tétange et Rumelange, les célébrations auront déjà lieu le dimanche matin. Les festivités débutent à 9h30 à Rumelange, où la messe est traditionnellement célébrée dans la galerie de la mine du Musée des Mines.

Dans la commune de Kayl, la procession débute à 9h45 au centre culturel « Schungfabrik » à Tétange. De là, le cortège se rendra au cimetière, où des fleurs seront déposées sur la tombe d’un mineur. Ensuite, une messe sera célébrée et une réception aura lieu à la « Schungfabrik » à Tétange.

 

Patrimoine culturel immatériel de l’humanité ?

Outre les sites du patrimoine mondial, le programme « Mémoire du monde », les réserves de biosphère et les géoparcs, il existe un programme spécial de l’UNESCO pour préserver le patrimoine culturel immatériel de la planète. Parmi les entrées du Luxembourg sur cette liste représentative de l’humanité de l’UNESCO figurent la procession dansante d’Echternach (depuis 2010) et l’art musical des sonneurs de trompe (Haupeschbléiser), reconnu internationalement en 2020.

Une procédure est actuellement en cours pour ajouter la tradition de la Sainte-Barbe à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel, dans la catégorie des coutumes sociales.

Comme la Sainte-Barbe est également une tradition bien ancrée dans d’autres pays, comme la Pologne ou l’Autriche, une demande internationale pourrait bientôt être déposée pour inscrire la fête de la Sainte-Barbe sur la liste représentative de l’humanité de l’UNESCO.