arrow
quote quote

MAB Jugendforum 2021

© Hana Prosser/Pro-Sud

Pendant le week-end du 24 au 27 septembre, un peu plus de 50 jeunes participants ont eu le plaisir d’assister à la 2ème édition du MAB Jugendforum axé sur le monde germanophone. Les participants, tous issus ou activement impliqués dans les biosphères d’Allemagne, du Luxembourg, de Suisse et d’Autriche, ont profité de 4 belles journées ensoleillées sur le site choisi pour le forum, le Hofgut Hopfenburg, dans la Réserve de Biosphère UNESCO Schwäbische Alb.

Le lieu du forum

© Hana Prosser/Pro-Sud

La réserve de biosphère de la Schwäbische Alb, fondée en 2008, est une région naturelle distincte imprégnée d’une riche zone urbaine et d’un long passé agricole et d’entraînement militaire. Les pratiques agricoles sont depuis devenues plus limitées et dans les 3 années précédant la fondation de la région de biosphère, tout entraînement militaire a cessé. Les paysages dédiés à ces activités sont devenus des zones clés de la biosphère et constituent désormais des prairies précieuses et riches en biodiversité, complétant les zones forestières également incluses dans la réserve.

L’objectif de la biosphère est désormais de promouvoir le maintien durable des zones naturelles et des activités humaines. Les magnifiques et impressionnants terrains du Hofgut Hopfenburg, axés sur le MAB, sont un parfait exemple d’engagement harmonieux et de vie avec la nature. Les fondateurs ont souligné la richesse que leurs projets ont apportée à la région, qu’il s’agisse de leur soutien aux produits régionaux pour leurs offres culinaires ou de leur réutilisation du bois pour leur principale salle de réunion et de leur intention de recycler les eaux grises dans leurs unités sanitaires. Pourtant, l’équipe de Hofgut Hopfenburg ainsi que d’autres acteurs clés de la biosphère de la Schwäbische Alb ont été très transparents quant au manque de participation des jeunes dans la réserve. Ainsi, la Schwäbische Alb s’est avérée être l’endroit idéal pour que les jeunes se retrouvent et réfléchissent à des stratégies pour améliorer ce manque d’engagement.

© Hana Prosser/Pro-Sud

Le programme du forum

L’ordre du jour du forum était rempli d’activités, avec un accent particulier sur la « Parti*cipation » des jeunes dans les biosphères. La première soirée a été utilisée pour accueillir tous les participants au forum et leur a permis de se rapprocher les uns des autres en dînant et en faisant un feu de joie.

Le deuxième jour, les participants ont assisté à un débat interactif avec des représentants de diverses organisations de jeunesse et environnementales. L’objectif était de présenter et de discuter des stratégies et de l’intérêt de créer des synergies entre des groupes de jeunes complémentaires. Le déjeuner a été suivi d’une excursion dans une ferme locale d’élevage de moutons dirigée par la famille Mackensen, qui est active dans une entreprise MAB réputée, ‘Albgemacht’, qui produit du fromage, du jus de pomme et d’autres produits d’origine locale. Avant que le deuxième jour ne s’achève et que le groupe ne se laisse bercer par la musique du groupe local Daily Journal, les participants ont entamé un important travail de brainstorming sur ce qu’ils considèrent comme des éléments cruciaux qui doivent encore être mis en œuvre dans les biosphères pour garantir l’engagement des jeunes.

© Hana Prosser/Pro-Sud

Le troisième jour a été marqué par une excursion pédestre dans l’une des zones centrales de la Schwäbische Alb. L’excursion, menée par l’un des gardes forestiers en charge de la réserve, a donné aux participants du forum un aperçu fascinant de la gestion d’une zone autrefois utilisée comme terrain d’entraînement militaire. C’était un bon exemple de la façon dont une zone naturelle peut être fortement influencée par l’activité humaine, mais aussi du fait que la biodiversité et l’activité humaine ne doivent pas être mutuellement exclusives. En effet, les prairies où les troupes tiraient autrefois sur des cibles sont aujourd’hui activement gérées et entretenues comme elles l’étaient il y a 100 ans, lorsque cette activité militaire était encore généralisée, car les prairies abritent une grande diversité d’insectes et d’espèces d’oiseaux qui cesseraient d’être présents si les arbres poussaient et si les forêts envahissaient le paysage. C’est une situation assez similaire à celle des prairies sèches préservées par les zones centrales de la Minett UNESCO Biosphere. De retour de l’excursion, les groupes ont consacré leur énergie à la finalisation de leurs demandes de participation des jeunes.

© Hana Prosser/Pro-Sud

Le quatrième et dernier jour, l’heure est venue de présenter ces revendications au grand public, aux politiciens et à la presse invitée. Quelques membres sélectionnés parmi les jeunes participants ont présenté les demandes du groupe pour un meilleur engagement des jeunes, qui ont été reconnues avec enthousiasme par les parties prenantes susmentionnées. C’est ainsi que s’est achevé le 2e Forum des jeunes du MAB de langue allemande, dont le succès dépendra de l’avenir. Aux yeux des participants, qui ont eu l’occasion de s’engager et d’échanger avec d’autres jeunes intéressés et passionnés, le forum a été un grand succès. Tous attendent avec impatience la prochaine occasion de se rencontrer et de poursuivre la campagne pour la célébration des réserves de biosphère de l’UNESCO.

Les 15 demandes d’amélioration de l’engagement des jeunes :

  • Nous demandons que les écoles créent davantage d’opportunités pour les initiatives des jeunes, comme les groupes de travail et les travaux pratiques. Ce qui précède doit être transmis à chaque enfant, en particulier s’il grandit dans une réserve de biosphère. Pour cela, il faut des possibilités à l’intérieur et à l’extérieur de l’école (par exemple, un calendrier des élèves avec des informations et des événements concrets). Nous demandons en outre que la nature/la protection de l’environnement et les réserves de biosphère soient examinées dans les établissements d’enseignement institutionnels et intégrées dans le programme scolaire.
  • Nous demandons un engagement pour que les idées des jeunes soient mises en œuvre.
  • Nous avons besoin de plus de groupes indépendants de jeunes et d’adultes et pour cela nous devons améliorer les structures existantes et la transparence.
  • Nous voulons créer des réseaux de jeunesse nationaux et internationaux. Dans ce cadre, des programmes d’échange et des camps de jeunes doivent être créés.
  • Nous demandons que l’on aide les jeunes à démarrer leur carrière dans le secteur de la protection de la nature, par exemple en soutenant les stages et en développant les emplois.
  • Nous voulons une extension et des réductions des transports publics dans les réserves de biosphère (RB) pour les personnes impliquées, par exemple le week-end, le soir.
  • Nous exigeons que les rencontres entre les jeunes et les autres acteurs se fassent au même niveau de regard et que nous soyons pris au sérieux.
  • Nous exigeons qu’au moins un représentant de la jeunesse siège dans les organes de décision et pour cela nous avons besoin de comités de jeunes dans les zones de biosphère.
  • Nous avons besoin d’activités attrayantes pour les jeunes (par exemple, des concerts, des festivals de cinéma), de groupes fixes et de programmes de vacances (camps). Il est important qu’il y ait aussi des offres à bas seuil.
  • Nous aimerions avoir des personnes de contact jeunes et faciles à joindre dans les comités de biosphère concernés pour la participation des jeunes.
  • Nous demandons une forte présence des réserves de biosphère dans les relations publiques et les médias sociaux afin d’attirer l’attention sur les possibilités de volontariat et sur la RE en général. À cette fin, il faut nommer des personnes qui sont dans l’œil du public et qui agissent en tant que personnes de contact.
  • Nous avons besoin d’espaces de rencontre pour les jeunes dans les RB et exigeons qu’ils soient facilement accessibles et que les groupes de jeunes bénéficient d’un soutien organisationnel financier.
  • Nous exigeons le lancement d’ateliers d’idées avec les jeunes.
  • Nous voulons avoir la possibilité d’assumer des tâches ou des fonctions ponctuelles et régulières et donc des responsabilités dans les réserves de biosphère.
  • Nous exigeons/besoin d’un soutien financier pour la mise en œuvre de projets concrets par et avec les jeunes.